top of page

Démarche

Amour, une peinture abstraite de l'artiste Anne-Sophie Fratello

Inspirée par la spiritualité de l'art de Kandinsky,

“ Le spirituel dans l’art et la peinture en particulier “, l’attitude de l’artiste est essentielle : choisit-il de plaire, de porter son attention à l’esthétique du moment ou choisit-il de s’engager dans un processus de création de vérité, en prenant le risque de ne pas être reconnu dans les formes qui se créent ? Car, ce qui compte, ce n’est pas l’identification des formes ou l’interprétation de l’ensemble de ces formes. Ce qui prime est leurs authenticités avec le créateur et les résonances qu’elles forment dans l’unité, nées ”d’une nécessité intérieure “ ressentie par l’artiste. La démarche de création est alors inspirée par ce ressenti intérieur relié à l‘âme, à l’univers, à la Nature, sources de création. Elle devient le processus de création pour l’artiste.

Inspirée par La liberté de Pollock et du mouvement Expressionnisme abstrait

Mon écriture picturale ne se veut pas “ pensée ”. Elle est personnelle, intuitive, ressentie, résonance, vibrations de l’esprit. Elle est liberté dans le processus de création, car c’est la liberté du geste qui prime et non la méthode. Le sujet est Soi dans ce qu’il est aujourd’hui vers ce qu’il est véritablement.

Lorsque je me connecte à mon être, à la Nature ou sa réalité spirituelle,
aux êtres de ce monde, je me connecte à la création.

C’est une ouverture que je travaille par la méditation, par le lâcher-prise, par le vécu des expériences de la vie, afin d’être la plus pure possible dans ma réception, pour permettre de faire passer dans les gestes des énergies sans les réécrire. L’abstraction gestuelle est vérité : vérité de l’instant, authenticité avec ce que je suis à l’origine et unité avec la Nature. Ce que je travaille pleinement, je pourrai le transmettre.

Le geste vrai

C’est le choix de se rapprocher de son propre outil pour que l’être, le corps, le geste, l’outil médian et le signe pictural ne fassent qu’un. Peindre avec le toucher des doigts me fait entrer dans le geste pictural et le processus de création qu’opère le geste vrai. C’est comme si mes pieds étaient plantés au sol et que ma perception du réel n’avait plus besoin de frontières physiques.

L’engagement sincère et entier vers un monde meilleur

L’abstraction gestuelle n’a pas d’ordre, de point de départ sur la toile. C’est le geste guidé, invisible pour l’œil, qui pose, entremêle, écrit, choisit, rythme. Ce n’est qu’après avoir peint, que l’on voit. Les supports (la toile, le papier, la couleur) sont un réceptacle de partage où ce que le geste retransmet se met à vivre et à résonner afin que l’œuvre terminée vibre avec les personnes qui la ressentent dans ses énergies. L’équilibre, le cadrage a ses propres repères au sein de chaque création.

Le geste pictural sur la toile ou le papier n’est pas une fin en soi. Il est le moyen de partage, le véhicule des énergies qui voyageront sans limite de temps en dehors du cadre vers les autres et pour les autres.

L’abstraction gestuelle est, aujourd’hui pour moi, à l’image des intentions humanistes des artistes du courant expressionnisme abstrait, une démarche picturale pour éclairer vers un monde plus lumineux.

bottom of page